LE BLOG

L’observation de l’activité

L'observation de l'activité

L’observation est une méthode de recueil de l’activité réelle et de l’environnement dans lequel se déroule cette activité.

L’observation est pertinente :

  • Pour les activités dont le contexte d’utilisation est important et ne peut pas être reproduit en situation expérimentale (transports en commun, situation de travail, environnement domestique, temps long).
  • Lorsque l’activité étudiée est composée de beaucoup de manipulations. Cela permet d’apprendre sur ce que l’utilisateur fait plutôt sur ce qu’il dit faire (notamment sur tous les aspects inconscients de l’activité par exemple observer la posture d’un utilisateur faisant du repassage).
  • Pour alimenter un projet en contexte avec photos, vidéos, documents.
  • En début de projet, elle permet de corriger les visions biaisées ou stéréotypées que peuvent avoir les intervenant sur les activités des utilisateurs.

En revanche, cette méthode a des limites, c’est pourquoi elle doit être employée avec d’autres:

  • Quand le contexte d’utilisation est difficile d’accès.
  • Elle est peu axée sur la subjectivité l’utilisateur. Il peut être intéressant de faire de l’auto-explication par l’utilisateur en lui faisant commenter la vidéo de sa propre activité
  • Elle est peu adaptée aux grands échantillons

À quoi sert l'observation de l'activité ?

Elle permet de collecter des informations pour à terme de mener une analyse fine de l’activité:

  • L’activité réelle, comme les étapes, le séquencement, les connaissances mobilisées, les façon de faire.
  • L’interaction entre différents éléments et l’activité de l’utilisateurs, comme l’environnement de travail ou les outils.

À quoi sert l'observation de l'activité ?

Lors de la préparation de l’observation il s’agit de définir ce qui va être observé.

Cela permet ensuite de définir comment est menée l’observation avec le choix d’une ou plusieurs méthodes et d’outils de recueil.

L’observation peut être menée :

  • L’observation directe non participante : L’observateur est présent sur le lieu mais en retrait de la situation observée. Cela permet une grande flexibilité et une immersion dans le contexte.
  • L’observation indirecte appareillée : L’observateur n’est pas présent sur le lieu, la situation est enregistrée et rediffusée. Cela permet un recueil de grande précision et une grande variété de données collectée.

 

Afin d’assister l’observateur, celui-ci peut se munir d’outil de recueil comme la vidéo, l’enregistrement audio, des capteurs, des notes personnelles.

 

Enfin, une grille d’observation va être définie afin de guider le regard de l’observateur vers ce qui est pertinent.

Pendant l’observation directe, l’observateur va se concentrer sur la perception, la mémorisation et le codage de la situation et de l’activité grâce à la grille d’entretien précédemment crée.

Il va aussi limiter autant que possible l’impact de sa présence tout en collectant un maximum d’informations et de documents.

Une fois l’activité observée, elle va pouvoir être analysée.

Cette analyse passe par une étape préliminaire de codage qui va permettre de comparer différents utilisateurs.

Une fois les données codées, il va s’agir d’extraire et d’analyser :

  • Les besoins et buts des utilisateurs
  • Les pratiques, les usages et les façons de faire
  • L’impact du contexte sur l’activité de l’utilisateur

Une fois analysés cela permet de créer des workflows, de détecter des points de frictions, les différentes façons de faire, de comprendre pourquoi une procédure en théorie facile ne fonctionne pas.